Aller au contenu principal
-A +A
Agrandir / réduire la taille du texte
Imprimer la page Contacter le service avec Acceo Formulaires de contact
Partager la page
Inverser le contraste
Facebook @CaenOfficiel

Nina Meurisse, vocation actrice

Portrait de Nina Meurisse - crédits : James Weston
Talent caennais Publié le 03/09/2021

Qu’elle joue devant la caméra ou sur les planches, Nina Meurisse est animée par son sens des rencontres et de la création collective. Elle garde intacte sa passion d’enfance pour la magie du cinéma.

Une vingtaine de films à son actif, des rôles dans des séries à succès telles que le thriller Glacé ou plus récemment la comédie Mixte, des réalisateurs fétiches comme Frédéric Mermoud et Agnès Jaoui, et plusieurs prix d’interprétation, en particulier pour son rôle marquant dans le biopic Camille

À 33 ans, Nina Meurisse affirme sa personnalité à la fois sincère et discrète dans le paysage du cinéma français. La comédienne native de Caen mène sa carrière sans plan préétabli, en privilégiant les rencontres et les personnages dans lesquels elle croit.

"S'immerger dans le quotidien d'autres personnes"

"C’est une des parties qui me plaît le plus dans le métier, confie-t-elle. Préparer un rôle en s’immergeant dans le quotidien d’autres personnes, pouvoir s’inspirer de leurs gestes, il n’y a que ce métier qui offre ça. J’aime m’attacher aux détails, aux petites choses qui font que l’on peut ensuite donner corps au personnage."

Pour Camille, de Boris Lojkine, qui retrace les derniers mois de la photoreporter Camille Lepage, tuée à 26 ans en Centrafrique, la préparation
a été plus intense encore. "Pendant trois mois, j’ai travaillé avec les photographes de l’AFP. Au cours de manifestations, j’ai été confrontée à des violences entre "antifa" et CRS. Avoir senti la panique me submerger et devoir la surmonter pour faire des photos, ça m’a aidée ensuite pendant le tournage."

Révélation 2020

Ce premier rôle-titre est récompensé par le Valois de la meilleure actrice au festival du film francophone d’Angoulême et par la Révélation
féminine
des Lumières de la presse internationale.

Depuis, Nina Meurisse est davantage reconnue et sollicitée, mais elle tient à aborder chaque nouveau projet avec la même fraîcheur qu’à ses débuts. "Pour moi, faire pleuvoir avec des rampes de pluie est toujours aussi magique. Sur un tournage, tout me passionne : la technique, le jeu de mes partenaires… Je ne veux rien rater."

Des débuts aux côtés d'Isabelle Huppert

Son regard garde l’émerveillement de celui de ses 10 ans, lorsqu’elle était repérée par la réalisatrice Patricia Mazuy pour donner la réplique à
Isabelle Huppert dans Saint-Cyr. "Je n’ai pas compris tout de suite ce qui m’arrivait, mais ce film m’a clairement donné le virus du jeu et du travail collectif. Mes parents ont modéré cette passion le temps que je grandisse un peu, mais je ne me voyais pas faire autre chose."

À l’affiche cet été du dernier film de Céline Sciamma, Petite maman, la comédienne caennaise est aussi sur les planches avec L'absence de père, mis en scène par Lorraine de Sagazan. Elle s’apprête à tourner dans le premier long métrage de Nadège de Benoît-Luthy, Dans la tête de Camille, ainsi que dans le film de Pierre Monnard, Passer l’hiver.

"De beaux projets en perspective", se réjouit-elle, même si son actualité chargée l’empêche de revenir aussi souvent qu’elle le voudrait à Caen.
"C’est là que je retrouve mon cercle familial, souligne-t-elle. J’y ai mes madeleines comme le cinéma Lux ou la librairie Mémoranda qui sont des lieux que j’adore."

Crédits photo : James Weston

Date de publication: 03/09/2021